L’enfance d’un Jean sans terre

 

sartre-2-ans

Sartre, à deux ans.

“Je suis un chien : je bâille, les larmes roulent, je les sens rouler. Je suis un arbre, le vent s’accroche à mes branches et les agite vaguement. Je suis une mouche, je grimpe le long d’une vitre, je dégringole, je recommence à grimper. Quelquefois, je sens la caresse du temps qui passe, d’autres fois — le plus souvent — je le sens qui ne passe pas. De tremblantes minutes s’affalent, m’engloutissent et n’en finissent pas d’agoniser; croupies mais encore vives, on les balaye, d’autres les remplacent, plus fraîches, tout aussi vaines; ces dégoûts s’appellent le bonheur; ma mère me répète que je suis le plus heureux des petits garçons. Comment ne la croirais-je pas puisque c’est vrai? A mon délaissement je ne pense jamais; d’abord il n’y a pas de mot pour le nommer; et puis je ne le vois pas: on ne cesse pas de m’entourer. C’est la trame de ma vie, l’étoffe de mes plaisirs, la chair de mes pensées”.

Jean-Paul Sartre, Les mots, Gallimard, 1964