L’enfance d’un Jean sans terre

 

sartre-2-ans

Sartre, à deux ans.

“Je suis un chien : je bâille, les larmes roulent, je les sens rouler. Je suis un arbre, le vent s’accroche à mes branches et les agite vaguement. Je suis une mouche, je grimpe le long d’une vitre, je dégringole, je recommence à grimper. Quelquefois, je sens la caresse du temps qui passe, d’autres fois — le plus souvent — je le sens qui ne passe pas. De tremblantes minutes s’affalent, m’engloutissent et n’en finissent pas d’agoniser; croupies mais encore vives, on les balaye, d’autres les remplacent, plus fraîches, tout aussi vaines; ces dégoûts s’appellent le bonheur; ma mère me répète que je suis le plus heureux des petits garçons. Comment ne la croirais-je pas puisque c’est vrai? A mon délaissement je ne pense jamais; d’abord il n’y a pas de mot pour le nommer; et puis je ne le vois pas: on ne cesse pas de m’entourer. C’est la trame de ma vie, l’étoffe de mes plaisirs, la chair de mes pensées”.

Jean-Paul Sartre, Les mots, Gallimard, 1964

 

Bel-Ami, en el Ateneo de Madrid

Atención, lectores matinales y curiosos: para quienes tenéis un hueco dos martes al mes, por la mañana, abrimos un curso de lectura crítica en el Ateneo de Madrid. Mientras el mundo gira nosotros hablaremos de literatura universal (en español).

Para empezar amablemente el 2016, os tenemos preparado un ratito de Flaubert, maestro de las letras francesas y admirado bigote.

Charla y presentación del curso el 11 de enero de 2016 en la Sala Ciudad de Úbeda a las 18 Hrs:

“Bovary o el ilusionismo: asomarse a la chistera de Flaubert“

Más información en:

Logo BA Logo Ateneo

Libros